vendredi 22 janvier 2010

85 x 115

3 commentaires:

  1. De la force et de l'audace. Voilà je dirai ce qui me vient en premier lorsque je regarde tes peintures. La force brute vitale de la couleur, de la forme déstructurée mais jaillissante, tu sais peindre l'humain et tu sais peindre le sexe. Je ne sais pas si on peut dire quelque chose de plus élevé dans mon échelle de valeur. Pour moi l'humain c'est le l'infini du possible mêlé à l'instinct premier, l'être sublime et le mammifère sans éducation que l'on cache derrière son pantalon. Tu sais dire les deux. Pour le sexe, j'en ai une définition vitale, où l'accomplissement du corps n'est pas un vaste prétexte à consommation de l'autre mais un big bang où on se livre nos âmes dans un choc qui ne peut pas se décrire autrement.Déjà cette phrase m'emmerde, j'aime pas parler de sexe en fait parce que je le vis au delà des mots qui ne peuvent le contenir. Ta peinture elle me semble pouvoir l'exprimer. C'est une très grande claque, je ne te disais pas ça pour te faire plaisir et si j'ai mis du temps à t'écrire c'est parce qu'il me fallait de la nuit et apprivoiser ce que j'ai de plus inexprimable, mon ressenti brut enseveli sous des couches de cuir. Ta peinture et tes mots, ceux de ton blog, ont su toucher cette zone qui m'est parfois interdite. Sache que l'être qui transparait dans ce blog est pour moi un pont vers moi même. Merci.

    RépondreSupprimer
  2. un pont vers soi...je crois que c'est pour ça que je continue à peindre.
    Merci... tes mots me touchent, vraiment.

    RépondreSupprimer